© 2019 par Alix Galdin Photographe
 

  • Instagram - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

BIO \\ DÉMARCHE ARTISTIQUE

''Je découvre la photographie à l'âge de 16 ans. Dès lors, je tente d'en apprendre les codes de façon autodidacte. Aujourd'hui, je les déconstruis pour créer mon propre univers, travaillant principalement en argentique et au Polaroid. Mes œuvres plastiques sont parfois accompagnées ou inspirées de textes que j'écris. 

Arrivée à Montréal il y a trois ans, j'ai déjà participé à plusieurs expositions collectives au Québec et en France et m'investis dans l'enseignement de la photographie et dans la transmission de mes techniques dans le milieu associatif.''

''Ma pratique artistique se concentre autour de plusieurs supports : le film 35mm, le 110, le polaroid et tout récemment le film super 8. Je travaille en chambre noire qui est un endroit privilégié pour se concentrer. Le contact avec la matière est pour moi nécessaire à la création. Inspirée par l’art expérimental, j’essaie de dépasser certaines frontières de la photographie pour créer des œuvres plastiques qui me ressemblent.

En explorant les différentes strates des pensées qui viennent à moi, je tente de créer un espace de rencontre entre les idées et la matière. Je manipule le médium jusqu’à prendre possession d’une technique qui fera sens pour exprimer des idées philosophiques, des questionnements sur mon environnement social et naturel. Dans un même temps je vais chercher des concepts existants pour comprendre ma perception du monde et réussir à l’interpréter en images.

J’utilise de préférence des films périmés ou de seconde main car le résultat obtenu est toujours incertain. La part de hasard qui en résulte me stimule et m’amène vers des chemins inconnus, c’est donc un réel dialogue qui doit s’installer entre le support et moi. Travailler avec la matière organique est passionnant car la chimie change au fil du temps, mes photos ne sont donc pas figées, elles continuent d’évoluer bien après avoir été prises. Cette instabilité, qui affecte surtout les polaroids, me pousse à manipuler et réinterpréter l’image après son apparition.''